bardo

Libérez le Musée du Bardo !

image_pdfimage_print

On a coutume de dire qu’il suffit aux chefs de montrer la bonne direction et que “l’intendance suivra”. Concernant le tourisme, j’ai eu la naïveté de penser et d’écrire qu’il nous suffisait d’avoir une ambition pour le secteur (et de nettoyer notre pays de ses ordures, au sens propre comme au figuré) pour que le reste suive. Apparemment la situation est plus compliquée qu’on ne le pense.

L’intendance, notamment du ministère de l’Intérieur, suit mais maladroitement. Quand on apprend par exemple que le musée du Bardo est fermé depuis le 25 juillet, qu’à l’aéroport de Monastir les clients des TO doivent attendre au moins une heure au parking “l’accompagnement de sécurité” après avoir subi l’attente du contrôle de police et celle des bagages, ou encore le traitement sans distinction (bouh 3la khuh) réservé à tout gérant d’entreprise en voyage, on se demande si, au ministère de l’Intérieur, on a bien intégré l’esprit et la finalité des décisions présidentielles du 25 juillet.

Ainsi donc le Bardo, premier musée du pays, est fermé depuis trois mois pour la simple raison qu’il jouxte le Parlement, en dépit du fait qu’il dispose d’une entrée indépendante. Une séparation quelconque dans la cour du musée telle qu’un mur éphémère n’aurait-elle pas suffi à nous épargner le gaspillage de dizaines de salaires et de milliers de dinars d’entrées*, un manque à gagner aussi important pour cause de voyages et visites annulés, et surtout une altération de l’image même du pays et de son tourisme avec ses deux principaux musées fermés (Carthage et Bardo) ?

En agissant ainsi, le ministère de l’Intérieur est-il certain d’apporter des réponses proportionnelles aux risques encourus ? N’utilise-t-il pas un marteau pour tuer une mouche ?

Lotfi Mansour

* L’AMVPPC, qui gère le Bardo, est un organisme au budget souvent déficitaire et qui vit grâce aux recettes des entrées des visiteurs et à une dotation de l’Etat d’une dizaine de millions de dinars.