Djerba

La FRH Djerba annonce le boycott des taxes

image_pdfimage_print

A Djerba, les populations manifestent, les patrons font grève et les hôteliers optent pour la résistance civique. Pendant ce temps, le gouvernement est inaudible et la ministre du Tourisme fait l’autruche.

Comme nous l’annoncions la semaine dernière (lire notre article), la Fédération régionale de l’hôtellerie (FRH) de Djerba a confirmé hier la suspension du paiement de la taxe hôtelière et de la TCL.

FRH_Djerba

C’est lors d’une conférence de presse tenue hier à Tunis que Jalel Henchiri, président de la FRH Djerba (photo, à gauche), accompagné de son secrétaire général, Farhat Ben Tanfous, a annoncé la décision d’une majorité des membres de la fédération de ne plus s’acquitter des taxes hôtelières et de la TCL à partir de ce mois, jusqu’à ce que le problème des ordures dans l’île ait trouvé une solution. « C’est en organisme responsable que nous avons choisi ce moyen de protestation pour ne pas avoir à descendre dans la rue », a précisé J. Henchiri.

Cette « mesure suspensive », a-t-il continué, bénéficie du soutien de 80% des hôteliers de la région qui ont été acculés à cette « action civique » après avoir tenté en vain d’attirer l’attention des autorités depuis des mois. Une action qui « bénéficie aussi du soutien de toute la société civile de Djerba », ont insisté les représentants de la FRH. Après les manifestations de colère menées par les populations à Houmt-Souk dimanche dernier, on s’attend aujourd’hui jeudi à une marche populaire et à une grève à laquelle a appelé l’UTICA régionale.

Si le gouvernement semble manifester sa volonté de trouver des solutions à ce problème, les promesses faites au début de cette semaine ne trouvent pas encore d’application sur le terrain. Le ministère du Tourisme quant à lui est inscrit aux abonnés absents ; ni les manifestations des populations, ni cette décision de boycott des taxes par les hôteliers ne semblent susciter de commentaires de sa part.

La ministre du Tourisme, qui devait inaugurer l’œuvre de street art Djerbahood à la fin de cette semaine, a dû annuler son déplacement pour ne pas avoir à affronter la colère des habitants. Courage, fuyons !