signature-16-09

La grève évitée, et après ?

image_pdfimage_print

La signature d’un accord a permis d’éviter la grève générale. Mais les hôteliers ne sont pas pour autant  “sortis de l’auberge”, et la saison 2017 s’annonce bien compliquée.

 

La FTH et l’UGTT ont finalement su faire parler la raison et se sont entendus (photo) pour que les augmentations de salaires ne concernent pas 2015, mais 2016. Des augmentations payables à partir du mois courant, avec un échelonnement sur 2017 des montants dus pour les 8 premiers mois de l’année, selon les moyens des sociétés hôtelières.

La catastrophe d’une grève générale (lire notre article) est évitée, mais les hôtels ne sont pas pour ainsi dire “sortis de l’auberge”, car l’année 2017 s’annonce des plus difficiles. En effet, malgré l’amélioration sécuritaire, la Tunisie semble impuissante devant les problèmes de la saleté et de l’incivilité des Tunisiens (lire sur lepoint.fr « Tunisie : quand les routes s’apparentent à un ring »). La fusion des ministères des Affaires locales et de l’Environnement ne semble, pour l’instant, déboucher que sur des palabres. Le report sine die des élections municipales entretient le doute sur notre volonté de quitter le terrain de la politique politicienne pour celui de la résolution effective des problèmes du pays.

La déclaration récente de l’ambassadeur d’Allemagne, conditionnant l’arrivée de touristes allemand à la propreté du pays, la défection des TO français pour l’hiver 2017 et le risque de rechute du marché russe sont parmi les nuages noirs qui s’amoncellent dans le ciel déjà gris du tourisme tunisien.

Open Sky ou pas, notre destination est acculée à proposer à ses partenaires autre chose que des discours ; un avis que semble partager le président de la FTH, Radhouane Ben Salah, puisqu’il annonce « des décisions concrètes dans les prochaines semaines ». Espérons.

LM

 La Tunisie semble impuissante devant les problèmes de la saleté et de l’incivilité des Tunisiens…ordures