russes-a-la-plage

L’embellie du marché russe

image_pdfimage_print

En plus du TO Pegas, qui prévoit désormais plus de 200 000 sièges sur toute la Tunisie, Anex Tours en est à 130 000 sièges et Odean à 68 000. Une embellie qui sera le fait majeur de cette saison.

Même s’il ne suffit pas à pallier la baisse générale de la fréquentation de nos hôtels, le marché russe promet d’y participer d’une manière significative, avec une programmation aérienne en hausse jour après jour. Le TO Pegas prévoit d’ores et déjà de quintupler ses sièges sur Djerba (100 000 sièges environ, contre 20 000 prévus il y a un mois, lire notre article Pegas à Djerba), pour un total de 200 000 sièges sur toute la Tunisie. S’y ajoutent notamment l’arrivée d’Anex Tours, qui prévoit 130 000 sièges jusqu’à octobre, et celle de Coral/Odean avec 68000 sièges.

Ces programmations nouvelles laissent espérer, selon Majid Kahlaoui, représentant de l’ONTT à Moscou, de clôturer la saison avec au moins 350 000 arrivées russes. Cette réaction aussi rapide que positive du marché russe montre, pour M. Kahlaoui, « l’efficacité des efforts fournis sur ce marché, notamment la visite de la Ministre du Tourisme et le soutien à l’aérien ».

Au-delà des polémiques qu’on entend çà et là sur les prix de vente concédés, ou sur le caractère conjoncturel de la demande russe, la pérennité de ce marché et son développement sont maintenant entre les mains des professionnels qui ont l’occasion de fidéliser cette clientèle nouvelle. Une clientèle qui n’est pas que familiale ou “bas de gamme”, puisque les Russes occupent désormais le premier rang de fréquentation de nos centres de thalasso.

Les hôtels de catégorie supérieure ne se trompent d’ailleurs pas sur la qualité des clients russes en leur consacrant une place de choix dans leur politique commerciale. Tel est le cas, par exemple, du Radisson Palace Djerba pour qui la clientèle russe est synonyme de « thalasso tous les jours et limousine pour aller au casino le soir », selon l’expression de son directeur Mohamed Jerad.