Syphax_Ciel_bleu

Syphax réfute

image_pdfimage_print

Accusée de « détournement de taxe carbone », Syphax Airlines parle d’une affaire montée en épingle et se défend de toute dissimulation.

Un article récent d’African Manager dresse un bilan bien sévère des pratiques comptables de Syphax Airlines. Le journaliste, présent en tant qu’actionnaire lors de l’Assemblée générale ordinaire de la compagnie aérienne tenue le 28 juin, y affirme notamment que Syphax Airlines « détourne la taxe carbone en revenu ». En effet, dans les pays de l’Union européenne, les compagnies aériennes sont collectrices de la taxe carbone qu’elles sont censées ensuite reverser aux pays concernés.

Contacté par nos soins, Mohamed Frikha réfute catégoriquement. « Ma meilleure réponse à ces allégations sera les bénéfices que nous annoncerons pour l’exercice 2014 de Syphax Airlines », affirme-t-il. Pour le PDG de Syphax, la mauvaise foi du journaliste-actionnaire est manifeste puisque « lors de l’AGO, il n’a émis aucune objection aux chiffres et comptes présentés, et il oublie de mentionner l’engagement de Syphax à se conformer aux observations du commissaire aux comptes ». De plus, ajoute le PDG de Syphax, « tous les chiffres et toutes les résolutions de l’AGO ont été rendus publics dans le journal La Presse de Tunisie ».

Concernant cette fameuse taxe carbone, il reconnaît « un dysfonctionnement » dû essentiellement au manque d’expérience de la compagnie. Mais, confirme-t-il, « nous paierons la taxe carbone et les autres taxes dans un délai raisonnable ».

Dans un communiqué daté du 9 juin, la compagnie monte le ton en « démentant avec fermeté les allégations mensongères distillées avec haine et mépris dans cet article truffé d’incohérences et de mauvaise foi ». Avant de menacer : « La direction de Syphax se réserve le plein droit d’attaquer en justice ce journaliste et tous ceux qui s’acharnent à vouloir porter préjudice à l’intégrité de la société et à ses dirigeants. »

Ces mots dénotent de l’état d’esprit de Mohamed Frikha, qui pense qu’il est victime d’une « cabale orchestrée par des concurrents en affaires au moment même où Syphax Airlines est sur le point de prouver sa viabilité ».