Thermalies 2019 : un vent d’optimisme

La thalassothérapie tunisienne entrevoit enfin le bout du tunnel après les années de crise qui ont entraîné la fermeture d’une demi-douzaine de centres.

 

Les exposants tunisiens étaient bien présents sur le grand salon annuel Thermalies Paris (du 24 au 27 janvier), malgré les difficultés financières qui ont obligé certains à réduire la voilure.

Le stand était animé par la présence de quatre anciennes Miss Tunisie grâce à monagence.com, la nouvelle agence de voyages en ligne du groupe Royal First Travel.

L’affluence sur le stand Tunisie était comparable à celles d’il y a dix ans. Les questions sur la sécurité étaient rares, et plusieurs exposants ont enregistré une dizaine de réservations dès les premiers jours.

Il est vrai que la poursuite de la dévaluation leur permettait d’afficher des prix jamais vus, comme des semaines en tout compris à moins de 500 euros.

L’année 2018 ayant déjà été bonne, une seconde bonne année serait la bienvenue pour permettre aux centres de reprendre leurs programmes d’innovation et de mise à niveau, et de renouer avec la success story qui a fait de la thalassothérapie un produit moteur du tourisme d’hiver.

 

Quatre anciennes Miss Tunisie et dauphines sur le stand Tunisie
thermaliesmisstunisie 

Rzig Oueslati, Directeur Général de l’Office National du Thermalisme et de l’Hydrothérapie
thermaliesouslati

Le stand Athénée Thalasso / Radisson Blu Palace
thermaliesathenee1

Le stand Odyssée Resort Thalasso & Spa
thermaliesodyssee1

Le stand El Mouradi
thermaliesmouradi

Le stand Mövenpick Resort & Marine Spa
thermaliesmovenpick

Vidéo promotionnelle de la thalassothérapie tunisienne diffusée par TunisiaTourism.info
thermaliesvideo

Parmi les stands de fournisseurs, la boutique Fouta Tunisie
thermaliesfouta




Un Top Resa pas au top

Le salon IFTM-Top Resa qui vient de se tenir à Paris (19 au 21 septembre) confirme que l’hiver sera rude pour notre destination.

top-resa-1

L’attentisme des tour-operators français par rapport à la destination Tunisie se voyait sur le stand tunisien, où ils brillaient par leur absence. L’attentisme se lit aussi dans les chiffres puisque, selon l’ONTT Paris, aucun siège charter n’a été programmé pour l’hiver 2016-2017, contre 13 212 sièges l’hiver dernier. On comptera donc sur les vols réguliers et les options de blocs-sièges pris par les TO qui sont en légère hausse, passant de 563 337 sièges l’hiver dernier à 567 280 sièges cet hiver.

La traduction de ces chiffres, dans l’esprit de certains professionnels tunisiens présents, est la nécessité pour la destination de s’engager sur le “package dynamique”. C’est ainsi que plusieurs projets d’OTA ou de centrale de réservation sont actuellement en discussion pour un lancement prochain.

 

Tunisair : bonnet d’âne

Du côté de Tunisair, on a choisi de continuer à entretenir le flou en diffusant sur le salon une plaquette dans laquelle on peut lire : « Le charter représente un quart de notre activité aérienne, nous desservons plusieurs villes Tunisienne [sic] et Française [re-sic] ». Au-delà des fautes d’orthographe (quatre en une seule phrase), cette annonce est en contradiction flagrante avec la stratégie annoncée et avec les chiffres de Tunisair et du marché ; à moins que notre compagnie ne confonde désormais charter et blocs-sièges sur vol régulier.