Tunisia Hospitality Award : les futurs trophées

Le Jury de Tunisia Hospitality Award, récemment rejoint par Slah Maaoui, ancien ministre du Tourisme, s’est réuni aujourd’hui à l’hôtel Avani Suites Tunis pour fixer la liste des trophées qui seront décernés lors de la cérémonie du 19 juin prochain.

 

L’objectif du trophée Tunisia Hospitality Award (THA) est de créer une saine émulation parmi les hôtels tunisiens, de récompenser et promouvoir la qualité du service, la bonne gouvernance, la formation du personnel ainsi que la promotion culturelle, l’animation et le tourisme durable.

Slah Maaoui, ancien ministre du Tourisme et père du “Jasmin d’Or” (trophée lancé dans les années 90 et resté dans les mémoires comme le trophée de référence du tourisme tunisien), a rejoint le Jury de THA pour présider les Prix spéciaux qui seront baptisés “Jasmin d’Or” (désormais marque déposée de MCM, société éditrice de letourismemagazine.com et TunisiaTourism.info).

Ainsi, la soirée de gala de THA se tiendra le 19 juin au Laico Tunis sous le haut patronage de René Trabelsi, Ministre du Tourisme et de l’Artisanat. 18 trophées seront décernés sur la base de l’indice GRI de notre partenaire ReviewPro, et 5 prix “Jasmin d’Or” sur décision du Jury.

Les Prix de l’excellence hôtelière, basés sur le GRI/ReviewPro, seront :

  • les 15 meilleurs hôtels (5 dans chaque catégorie de 3 à 5 étoiles) ;
  • la meilleure chaîne hôtelière (selon nombre d’hôtels dans le Top 25 et la moyenne de leur GRI) ;
  • le meilleur General Manager d’hôtel (en place depuis 3 ans au moins et dont l’hôtel figure dans le Top 25) ;
  • la meilleure Chambre d’hôtel selon sa note du GRI (Prix spécial du Ministre du Tourisme).

Les Prix spéciaux du Jury “ Jasmin d’Or” seront décernés pour :

1/ les 8 meilleurs élèves des 8 écoles publiques de formation professionnelle (hôtellerie, niveau BTS) ;

2/ un hôtel s’étant particulièrement impliqué dans :
la promotion de la culture et/ou
– la sauvegarde de l’environnement et le tourisme durable
– l’animation de sa région ;

3/ une association ou un collectif de la société civile particulièrement actif en régions dans :
– le domaine culturel
– l’animation
– le tourisme durable ;

4/ le meilleur hébergement alternatif (gîtes, maison d’hôtes…) ;

5/ un Prix des médias (national et international).

 

La liste des hôtels nominés (7 de chacune des catégories) et des chaînes hôtelières (3 chaînes) sera rendue publique très prochainement après sa soumission à la Direction du Produit de l’ONTT.

 

Slah Maaoui et Mounir Ben Miled présideront respectivement les Trophées “Jasmin d’Or” et les Prix de l’excellence hôtelière (GRI) juryTHApresidents

De g. droite : Walid Tritar (FI2T) et Sonya Ayed (FTAV), très impliqués dans les débats du choix des trophées, et Raouf Ben Amor, maître de cérémonie de la soirée de gala, qui apporte sa grande expérience non seulement du monde du spectacle mais aussi de l’hôtellerie puisqu’il fut tour à tour directeur de l’animation et de la communication de la chaîne Abou NawasjuryTHA-3

Ambiance studieuse à la réunion du Jury
Au centre, Meriem Kammoun (Universitaire) ; à droite, Emna
Bouchoucha (Consultante)
juryTHA-2




IMEX Francfort : l’ONTT cherche des exposants

L’Office National du Tourisme Tunisien informe les professionnels qu’il dispose encore de 5 places sur son stand au salon IMEX.

 

L’Office National du Tourisme Tunisien participera au salon IMEX Francfort prévu du 21 au 23 mai 2019 avec un stand de 19 m2. Une partie de stand est dédiée aux professionnels, l’ONTT prévoit 8 participants pour un coût de 8000 Dt chacun.

A cet effet, les professionnels intéressés sont priés de confirmer leur participation auprès de Mme Amira Zormati, responsable MICE à la Direction Centrale de la Promotion (amira.zormati@discovertunisia.com) au plus tard le jeudi 25 avril 2019.

Il est à noter que seules 5 places sont encore disponibles à ce jour.




Réunion au sommet autour du marché néerlandais

Sur invitation de l’ONTT, l’Association néerlandaise des agents de voyages et voyagistes (ANVR) s’est réunie le 17 avril à Hammamet à l’hôtel The Orangers Garden Villas & Bungalows. L’occasion d’un échange franc et fructueux avec les professionnels et décideurs tunisiens (ONTT, FTAV, Fi2T) pour une relance de ce marché.

 

Photo : de gauche à droite, Antonius Lansink (ambassadeur des Pays-Bas en Tunisie), Mohamed Attia (représentant de l’ONTT aux Pays-Bas), Frank Ostdam (président de l’ANVR), Sonya Ayad (vice-présidente de la FTAV), Leila Tekaia (directrice Marketing à l’ONTT), Houssem Ben Azzouz (président de la Fi2T)

C’est à un bilan de la destination que se sont livré les tour-opérateurs néerlandais, et à leur tête le président de l’ANVR, Frank Ostdam, ainsi que l’ambassadeur des Pays-Bas en Tunisie, Antonius Lansink. Un bilan plutôt flatteur puisqu’on parle d’une « destination intéressante où les hôtels sont bons et le service de qualité » ; « la qualité est là, la demande existe », a renchéri un autre.

L’ambassadeur Antonius Lansink, lui non plus, n’a pas tari d’éloges : «  la Tunisie est un pays promu à un grand développement, et si vous vous y impliquez, il sera très profitable pour vous », a-t-il plaidé devant les TO. Sans oublier de mettre l’actuel Ministre du Tourisme et de l’Artisanat, René Trabelsi, parmi les atouts de la destination en le qualifiant de « ministre actif et compétent ».

Cependant, les Néerlandais semblent adeptes du principe selon lequel « il n’y a pas d’éloge flatteur sans la liberté de blâmer ». Les professionnels tunisiens présents ont donc eu droit à quelques petites piques sur la « saleté en dehors des hôtels », le « manque de capacité aérienne », la qualité du service qui reste insuffisante malgré une « réelle amélioration », la « faiblesse du positionnement » et même… « les salaires trop bas » du personnel hôtelier (voir interviews en vidéo).

« Les Néerlandais sont francs et directs », souligne avec humour le président de l’ANVR. Et c’est avec le même humour que ce dernier parle du retard de 4 heures subi par le vol Tunisair qui les emmenait depuis Amsterdam : « Cela nous a permis de regarder le match de l’Ajax Amsterdam, et nous l’avons gagné ! » s’est-il amusé.

A ces qualités de franchise et d’humour, les Néerlandais semblent en ajouter une troisième : l’indulgence, puisque personne n’a pipé mot du transfert improvisé qui leur a été servi depuis l’aéroport de Tunis jusqu’à l’hôtel à Hammamet.

LM

Interviews de Frank Ostdam, président de l’ANVR, et Antonius Lansink, ambassadeur des Pays-Bas en Tunisie

Le marché néerlandais peut-il retrouver son niveau de 2008 ? Oui, répondent les professionnels tunisiens.

Arrivées des Néerlandais :
2008   95 307
2010   75 244
2017   11 150
2018   22 638

(source : ONTT)




Nouveau DG au Golden Tulip Carthage

Lotfi Mechergui est nommé Directeur Général de l’hôtel Golden Tulip Carthage en remplacement de Ghassen Jana.

Lotfi Mechergui est diplômé de l’ISHT Sidi Dhrif Tunis et de l’ISHT El Aurassi Alger, titulaire d’un DESS Hôtellerie et Tourisme de l’IHEC Carthage. Il occupait jusque-là le poste de Directeur Général adjoint du Golden Tulip Carthage.




Le Groupe Alliance affiche sa stratégie

Face aux directeurs de journaux, Samir Jaieb, CEO du groupe Alliance, a parlé des projets de son groupe et affiché ses ambitions et ses convictions.

 

Acquéreur de l’hôtel Le Palace à Gammarth et du Golden Tulip El Mechtel, le CEO du groupe Alliance, a affirmé lors d’une réunion avec les directeurs de journaux tunisiens qu’il ne deviendra pas pour autant un gestionnaire d’hôtels.
L’intérêt de l’hôtellerie vient « de sa complémentarité avec l’immobilier. Nous ne nous mêlerons pas de l’exploitation des hôtels que nous acquérons, notre stratégie est de les confier à des brands internationaux », a-t-il précisé.

Ainsi, l’hôtel Le Palace, acquis pour la somme de 31 millions de dinars (hors passif), devrait probablement arborer l’enseigne Hilton, et le Golden Tulip gardera son enseigne actuelle « tout en étant scindé en deux hôtels pour un meilleur ciblage de la clientèle ».
La prochaine étape dans l’hôtellerie serait, selon le CEO du groupe Alliance, « l’acquisition d’un hôtel balnéaire » probablement à Djerba.

Depuis son arrivée en Tunisie en 2005, le groupe franco-tunisien a totalisé un investissement global de 250 millions de dinars. Il est ainsi partie prenante dans le projet Tunis Bay à Raoued, promu par la banque GFH à travers notamment un projet de Golf Résidentiel Touristique (voir vidéo).
Le chantier de ce projet incluant un golf 18 trous et 509 villas a bien démarré et « les ventes de villas ont déjà généré 87 millions de dinars », a affirmé S. Jaieb.

Photo : le CEO du groupe Alliance Samir Jaieb (à droite) avec son bras droit Haithem El Hafsi

La facilité ne m’intéresse pas

A la question de savoir s’il serait attiré par les secteurs ou les pays en difficulté, S. Jaieb n’hésite pas à affirmer ses convictions : « Tout ce qui est facile ne m’intéresse pas. Si j’étais un opportuniste, je serais allé au Maroc ». Avant de préciser : « S’il est vrai que j’évalue les risques à prendre, ma maîtrise parfaite de mon métier fait que mon seul risque est de gagner moins d’argent, et moins rapidement ».

En effet, il s’élève en faux contre le « pessimisme ambiant » dans le pays. Notamment dans le secteur de l’immobilier : « L’immobilier en Tunisie n’est pas en crise puisqu’on peut évaluer le stock d’invendu à seulement 30% dont la moitié, réalisée par des intrus au secteur, est invendable. Le stock d’invendu réel n’est ainsi que de 15% à 20%, ce qui est parfaitement gérable ».
En établissant un parallèle avec l’hôtellerie, il assène : « De même que le secteur de l’hôtellerie est en train de s’assainir des avocats et médecins devenus hôteliers, l’immobilier doit lui aussi faire sa purge pour laisser place aux professionnels ».

Un franc-parler dont Samir Jaieb promet de ne pas se défaire. A suivre.

                                                Lotfi Mansour

Les directeurs de journaux réunis le 8 avril à l’hôtel Le Palace Gammarth
Alliance-1

 




Avani Suites Tunis est lancé

Avani Suites Les Berges du Lac Tunis, premier boutique-hôtel du groupe Chaabane, est aussi le premier établissement de Minor Hotels en Tunisie.

 

Le premier chainon du partenariat entre les groupes Chaabane et Minor est lancé. Cet établissement de catégorie 5 étoiles allie les services d’un hôtel de luxe et les commodités des appartements privés (voir détails). Il ouvrira officiellement ses portes « à la fin du mois d’avril au plus tard », selon Robert Kunkler, Directeur des Opérations de Minor Hotels.

Photo : Robert Kunkler (à g.), Directeur des Opérations de Minor Hotels, et Borhane Snoussi, Directeur du Pôle touristique du groupe Chaabane

Pour le groupe de Maher Chaabane, déjà bien actif dans le BTP (Chaabane Frères), l’immobilier (La Sélection Immobilière) et les centres commerciaux (Tunisia Mall), cet hôtel sera le premier chainon d’un pôle hôtelier et touristique ambitieux. Ainsi, « un Avani Resort verra le jour à Gammarth ; d’autres hôtels de haut standing verront le jour avec d’autres enseignes internationales dont un à Gammarth, un au Lac 2 (Mercure), un à Hammamet et un autre probablement à Monastir », a précisé Borhane Snoussi, Directeur du Pôle touristique du groupe.

Pour sa part, le groupe multi-enseignes Minor Hotels (Anantara, Avani, Oaks, Tivoli, NH Hotels…) ouvrira l’Anantara Resort & Spa Tozeur avant la fin de cette année.

La conférence de presse tenue le 26 mars : au premier rang, Maher Chaabane, PDG du groupe
avani2




La FTAV prône l’union sacrée avec Tunisair

Par un communiqué à ses adhérents, la FTAV mobilise les agences de voyages tunisiennes pour « accompagner la compagnie nationale dans son plan de restructuration », une mobilisation que la FTAV n’hésite pas à qualifier de « devoir sacré » (voir ci-après le texte du communiqué).

Concrètement, la FTAV appelle ses adhérents « à optimiser leurs ventes sur ses lignes internationales de Tunisair, à faire preuve de solvabilité en réglant leurs produits de ventes dans les délais impartis par le BSP Tunisie, à s’acquitter de leurs dettes en cas de défauts de payement ou d’impayés. »

Ce soutien de la FTAV ne peut que conforter les cadres de Tunisair dans leurs efforts de redressement de la compagnie nationale.

 

COMMUNIQUÉ
À TOUS LES ADHÉRENTS FTAV

Objet: Notre Devoir Sacré d’Accompagner la Compagnie Nationale dans son Plan de Restructuration

Chers Adhérents,

Au cours de ses 70 ans d’existence, notre Compagnie Nationale s’est affirmée comme un vecteur essentiel au développement et à la croissance du Tourisme, et, pour les Agents Billettistes Accrédités IATA, un levier pour la promotion et la vente de Transport Aérien, qu’elle a mandatés sans exception sur tout le Territoire.

Partenaire historique de notre Fédération, elle reconnaît le Circuit agréé comme un maillon indissociable de sa chaîne de Distribution, à un moment où les tentatives de Désintermédiation de certaines compagnies se multiplient pour écarter l’agence traditionnelle du Canal de Ventes.

Or et depuis 2011, le Pavillon National se trouve confronté à de sérieuses difficultés structurelles et opérationnelles, dues notamment à un manque de moyens, dont la réduction des unités de sa flotte, et, collatéralement un taux de ponctualité alarmant qui affectent le Produit. Nonobstant, Tunisair continue à jouer un rôle moteur pour assurer l’accessibilité de la Tunisie à ses visiteurs, et satisfaire le Marché Tunisien dans la mesure de ses contraintes et moyens disponibles.

Consciente de ces défis majeurs, Tunisair a présenté au Gouvernement un Plan de Restructuration dont les objectifs principaux s’articulent autour d’une réduction drastique des coûts, un renforcement de la flotte et une amélioration de la Qualité de Service.

Soucieuse de la pérennité du Pavillon National symbole de la Souveraineté de la Tunisie, et résolument déterminée à contribuer de manière agissante à la relance et au repositionnement de Tunisair, la FTAV appelle instamment tous ses Adhérents :
– À accompagner le Transporteur National dans son Plan de Restructuration, en optimisant leurs ventes sur ses lignes internationales.
– À faire preuve de Solvabilité et régler leurs produits de ventes dans les délais impartis par le BSP Tunisie,
– À s’acquitter de leurs dettes en cas de défauts de payement ou d’impayés.

La FTAV demeure confiante que la majorité de ses adhérents demeurent, au de là de toute considération commercialitse ou mercantile, mais par fierté et patriotisme national – étroitement attachés à leur Compagnie Nationale, étant convaincue que le destin des deux partenaires, demeure à jamais lié.

Nous vous remercions de votre réactivité et sens du devoir, pour relever les défis présents et futurs.

Cordialement

Le Président
Jabeur BEN ATTOUCHE

 




Anis Souissi passe chez Novostar

Anis Souissi quitte l’hôtel Le Royal Hammamet pour prendre les rênes de la Direction Générale de Novostar, le label hôtelier de Carthage Travel que préside Mohamed Sadeoui. Novostar compte 8 hôtels à Hammamet-Nabeul, dont le Bel Azur et le Khayam Garden.

Le recrutement d’Anis Souissi s’inscrit dans la nouvelle stratégie de Novostar de développer son portefeuille d’hôtels en Tunisie, notamment sous forme de gestion pour compte. Le premier de ces hôtels gérés par Novostar sera le Nahrawess Hammamet.




Tunisair : les professionnels montent au créneau

Un communiqué commun aux deux fédérations professionnelles FTH et FTAV (voir ci-dessous) tire la sonnette d’alarme sur le préjudice causé au secteur touristique par « les défaillances, devenues chroniques, de Tunisair et de sa filiale Tunisair Express ». Judicieux quant à son objet, ce communiqué suscite cependant à présent quelques réserves de la part de la FTAV.

Aucun observateur du secteur ne peut nier aujourd’hui que Tunisair soit devenue le véritable goulot d’étranglement du tourisme tunisien, faute des nouveaux moyens que lui apporterait une restructuration qui n’en finit pas de se faire attendre.

Comme nous l’écrivions déjà au mois de janvier : « En attendant un hypothétique Open Sky, les ambitions de croissance du tourisme tunisien restent tributaires du développement de la flotte de Tunisair, laquelle ne se fera qu’en 2020 (inchallah) » (lire notre article).

Cependant, Facebook était-il le meilleur moyen pour parler d’un sujet aussi grave ? Contacté par téléphone, le président de la FTAV, Jabeur Ben Attouch, confirme le retrait du communiqué « dans l’attente que les instances de la Fédération approuvent les termes d’un nouveau communiqué qui sera diffusé à la presse et non via Facebook », nous a-t-il précisé. Ali Miaoui, DGA de Tunisair, adopte pour sa part peu ou prou la même position que la FTAV : « D’accord sur le fond, mais la forme est inappropriée », commente-t-il.

Marshall Mac Luhan disait que « le message, c’est le medium » : le choix de tel ou tel média pour délivrer une information n’est jamais anodin, et il influera sur le message lui-même. En choisissant Facebook, la FTH n’en a-t-elle pas adopté le ton ?

  Lotfi Mansour

Le communiqué tel qu’il a été publié initialement par la FTH et la FTAV :

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT FTAV / FTH

Tunisair et ses filiales vont-elles bloquer le tourisme ?

La saison touristique est à nos portes et les dernières semaines n’augurent rien de bon quant à l’accessibilité du pays. Les syndicats patronaux hôteliers (FTH) et agents de voyages (FTAV) renouvellent leur cri d’alarme et font part de leur plus grande inquiétude face aux défaillances, devenues chroniques, de Tunisair et de sa filiale Tunisair Express :

* 40% de la flotte clouée au sol depuis plusieurs mois, privant le pays de près de 5000 voyageurs par jour
* Des retards quotidiens atteignant plusieurs heures, et des annulations de vols aussi bien à l’international que sur les axes Tunis/Djerba ou Tunis/Tozeur, ayant un effet désastreux sur l’image de la destination. Pour quelles raisons Tunisair Express détient-elle l’exclusivité sur les lignes intérieures ?
* L’incapacité à satisfaire les engagements et la demande croissante : des milliers de visiteurs ne viendront pas en Tunisie faute de places d’avion disponibles. C’était déjà le cas en 2017 et 2018, de l’aveu même du PDG de Tunisair, le coefficient de remplissage des avions dépassant 70%, battant tous les records depuis 2 ans.

Avec le niveau actuel de déficit de la balance commerciale, la Tunisie ne peut continuer à laisser un pan entier de l’économie, gros pourvoyeur de devises et créateur important d’emplois directs et indirects, paralysé par le manque de disponibilité du transport aérien. Les dépenses nécessaires pour la réparation des avions seront largement récupérées par le chiffre d’affaires supplémentaire résultant de l’exploitation de ces avions !

Les signataires du présent communiqué appellent toutes les autorités et parties prenantes à faire face à leurs responsabilités et à trouver des solutions de toute urgence pour assurer la disponibilité aérienne, tant interne qu’internationale, afin d’accompagner la reprise économique tant attendue et tellement nécessaire pour notre pays.

Les Bureaux Exécutifs FTH et FTAV

 




Vincci Hoteles fête ses 18 ans

Enfin majeure ! pourrait souffler l’équipe de la chaîne Vincci Hoteles qui fête ses 18 ans. Une équipe qui compte une bonne partie de transfuges de feu Tryp Hoteles qui s’étaient lancé le défi de créer une nouvelle enseigne sur le segment concurrentiel des 4 et 5 étoiles.

18 ans après, l’équipe, autour de Carlos Calero, peut afficher un bilan des plus honorables : 38 hôtels dont 6 en Tunisie, 2100 collaborateurs, un chiffre d’affaires en hausse se montant à 154,6 millions d’euros, un taux d’occupation et un RBE en hausse en 2018 (+7% et + 6%), et surtout un programme d’investissement ambitieux.

En effet, le conseil d’administration vient d’approuver un investissement global de plus de 15 millions d’euros, dont 4,3 pour l’année en cours et 2,2 millions pour chacune des 5 années à venir. Des investissements qui serviront à la rénovation des hôtels et à leur mise à niveau technologique.

Rappelons que Vincci Hoteles était une des rares chaînes espagnoles à se maintenir en Tunisie durant la récente crise du tourisme tunisien, comme le rappelait son Délégué Général Abdennaceur Labassi en octobre 2015 : « … La marque Vincci a vu le jour en même temps en Tunisie et en Espagne, en 2001. Dans ce sens, nous sommes aussi tunisiens qu’espagnols » (lire l’interview d’Abdennaceur Labassi). Un maintien confirmé par Carlos Calero, président de la chaîne, à Selma Elloumi, alors Ministre du Tourisme, venue lui rendre visite en Espagne en septembre 2016.

Aujourd’hui, Vincci Hoteles compte six hotels en Tunisie dont le dernier, Safira Palms à Zarzis, vient d’ouvrir ses portes en 2018.


Carlos Calero, président de Vincci Hoteles
en 2016 avec Selma Elloumi, ex-Ministre du Tourisme

elloumi-espagne